Le chiot doit-il aller en classe ? -Part 1

20 février 2019 – La question du jour est : Le modèle de l’enfant humain est-il adapté au chiot ?

Qu’on les appelle Ecole du chiot, Puppy Class ou classe d’éveil force est de constater qu’elles ont envahi les propositions d’accompagnement de votre chiot et que club ou professionnel. Beaucoup en proposent.

Première question cruciale « Quel est le but ? »

L’idée est avant tout de socialiser ou de sociabiliser .. au choix votre chiot. Pour cela on va lui faire rencontrer des congénères.
Dans un monde idéal, chaque chiot connait les codes que sa mère lui a appris et tout va bien se passer dans des interactions positives …

Saut que, comme je l’explique dans pas mal de mes cours, le mythe de la mère régulatrice existe bien ! La mère toujours régulatrice n’existe pas.

Quand je dis que je suis un homme de terrain cela induit aussi que durant des années, nous avons élevés des chiots, beaucoup de chiots … et dans notre salon en plus. Je peux dire avec certitude que la mère qui serait en permanence dans une réponse adaptée à la situation, c’est un mythe !

Pour en avoir régulièrement parlé avec d’autres éleveurs qui surveillent vraiment leurs portées. Ce point n’est évidement pas exclusif de la race Berger Australien.

Tout le monde est prêt à accepter le caractère individuel de chaque chiot, individu chien, etc .. Mais dès lors qu’elle devient mère, comme par hasard d’u seul coup son comportement deviendrait stéréotypé et régulier au cours des 8 semaines qui vont suivre la naissance des chiots.

Le chiot doit-il aller en classe ?

C’est faux ! La mère systématiquement régulatrice n’existe pas

Schématiquement il y a au moins trois grands types de mères : Les mères autoritaires, les mères modérées, les mères laxistes.

Prenons un exemple simple pour éclairer ce point de vue : Le chiot décide de mordre l’oreille de sa mère. Cela a au départ un caractère de jeu.
Les comportementalistes qui n’ont jamais élevés vous diront qu’à partir de la 6eme semaine la mère apprend les codes canins aux chiots.

En réalité, selon la mère en question, le nombre de chiots dans la portée, son état de fatigue et bien sûr son caractère intrinsèque; elle va réagir différemment.

La mère autoritaire sans arrêt dans le contrôle va anticiper, parfois dès le début de la 5ème semaine et interdire l’accès au dessus même de son garrot ( ce qu’elle fait généralement avec n’importe quel congénère en dehors de la période de reproduction). Selon la portée et l’état de fatigue ce sera plus ou moins violent. Il peut même y avoir un coup de croc qui va faire crier le chiot ( le plus souvent plus de surprise que de douleur).

La mère modérée va selon l’humeur du moment considérer que c’est gênant ou non. Avec une petite portée elle peut se contenter de mettre un coup de museau pour repousser l’intrépide. Après 7 semaines, il y a des chances pour qu’elle réagisse plus brutalement.

La mère laxiste quelque soit l’age ne va pas réagir et j’ai eu une maman qui pouvait se balader avec son chiot accroché à l’oreille sans paraître gênée le moins du monde …

Sur une grosse portée les interactions vont être plus nombreuses entre chiots qu’entre la mère et les chiots. Elle aura du mal malgré toute sa bonne volonté, à apprendre individuellement les bons codes à avoir dans les bonnes situations.

Pourquoi je commence par cela ? Parce que chaque apprentissage va avoir des conséquences pour la suite ….

But what goes up must come down

Mais tout ce qui va haut doit retomber

Tom Petty – Learning to fly
Learning to fly … Tom Petty

La suite très vite !!

Pour info : Ce genre de retour d’expériences de terrain est vu à l’intérieur du modules 1 – Fondations – du cours en ligne Doggycoach 2.0

Merci de m’avoir lu,

Patrick Aufroy – Doggycoach

#doggyblob#flatearth#terreplate#education#canine

Sources :Nope

Vous avez aimez cet article du Doggyblog nouvelle version ? N’hésitez pas ! Partagez ! Partagez !

Les boutons sous l’article sont là pour cela … 🙂

Patrick Aufroy Doggycoach –

A lire aussi :

FERMER
CLOSE